Découverte de l’ultra-portable

Créer des portables plus fin, plus léger, plus autonome, toujours plus puissants et plus rapides… C’est une vieille marotte des fabricants d’ordinateurs. Au fil des années, les tentatives ont été nombreuses, notamment chez Sony, HP ou Toshiba. Puis Apple a frappé un grand coup avec le MacBook air que Steve jobs se, lors de son lancement en 2008, sortie d’une enveloppe au format A4. Tout un symbole. La machine Apple est aujourd’hui 1 m étalon en matière d’ultra portable et c’est à lui que vient se mesurer un tel en concevant avec ses partenaires un équivalent dans le monde Windows : les ultra book.

Le fondeur a édicté quelques règles communes pour cette nouvelle technologie de machines : une ligne de rêve (pas plus de 20 mm d’épaisseur et moins de 1,5 kg), un processeur basse consommation de dernière génération avec circuit graphique intégré, un démarrage et une sortie de veille rapide, une autonomie d’au moins 5:00 G des fonctions de sécurisation intégrée au processeur (protection contre l’usurpation d’identité, blocage du système en cas de vol du portable). Le tout à partir de 800 €. Raisonnable, ceci est expliqué dans le livre au format epub gratuit, mis à disposition sur le site d’Apple. C’est l’un des tout premiers représentants de cette nouvelle gamme que j’ai pu prendre en main, l’aspire S3 d’Acer, dans sa version de base à 800 €. Et inévitablement, on ne peut s’empêcher de le comparer au MacBook air, auquel il ressemble beaucoup à première vue par ses courbes douces et sa finesse. Mais les similitudes s’arrêtent là.

Car si l’ultra portable d’Apple est constitué d’une coque tout en aluminium, seul le capot de l’aspire S3 étant magnésium ; j’ai trouvé moins agréable le reste du boîtier, au toucher plastique, qui gâche un peu le premier contact. Alain derrière le stockage n’est pas assuré par 1 SSD, mais par un disque dur de 320 Go. Et pourtant la machine et vivent au démarrage et surtout en sortie de veille. Le secret ses 20 Go de mémoire flash non visible dans l’explorateur, mais dans Windows se sert pour accélérer son lancement par exemple, la sortie de veille se fait en deux à trois secondes, connexion au réseau compris.

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.