Où se trouve la presse écrite?

On évoque depuis des lustres la mort de la presse écrite. Le Responsable? Internet principalement, et à des habitudes de lecture de l’information évoluant au gré des années. Malgré tout qu’arrive-t-il réellement et est-il possible d’affirmer tout simplement que la presse magazine est finie?

Les lecteurs restent proches de leurs journaux et magazines

Pour commencer nous continuons de lire des journaux. Certes, moins régulièrement qu’il y a 10 ans, mais la baisse n’est pas tel que l’on pourrait parler de secteur en péril. L’abonnement magazine sur Internet ou hors ligne continue d’attirer de nombreux lecteurs, qui restent en fin de compte attachés à leurs journaux préférés, et n’ont pas bougé d’un support à un autre (du papier à Internet), mais utilisent plusieurs supports. Une tendance avec malgré tout des écarts en fonction des secteurs d’activité et les genres de magazines, l’écart entre les grands titres nationaux et les magazines ultra spécialisés étant parfois considérable.

Le secteur de l’abonnement continue de se développer

Seconde analyse qu’il est possible de faire. On constate effectivement que depuis plusieurs années maintenant, les vendeurs de journaux sur le web ont fleuri, et d’importants cybermarchands en France (Viapresse, Rueducommerce ou Toutabo) sont venus rejoindre de petits acteurs (à l’image d’Abonnements.actualites-web.com) avec des milliers d’offres comme l’abonnement au Nouvel Economiste, ou des abonnement à des magazines people, santé, télévision… Un secteur qui souhaite diversifier sa gamme dans un marché à la concurrence croissante, mais qui symbolise bien les français s’intéressent toujours aux journaux papier, et que le domaine peut s’en sortir en utilisant intelligemment print et Internet, ou en trouvant la bonne stratégie à adopter. La presse écrite n’est donc pas encore morte, méfiez-vous!

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.