Salon De Coiffure Au Québec : Le Gouvernement S’en Rapproche Beaucoup Plus

Plus que jamais, la beauté remplit la vie de l’Homme où qu’il soit et quelle que soit la catégorie sociale à laquelle il appartient. Si autrefois, il n’existait qu’une poignée de personnes détenait les attributs de la beauté, aujourd’hui pourtant tout le monde est beau et ou veut l’être. Cet engouement a suscité la floraison d’établissements œuvrant dans le domaine de l’esthétique particulièrement celui du soin de la chevelure d’où le salon de coiffure au Québec.

Une floraison bientôt contrôlée

Mais l’engouement a suscité d’autres intérêts tout aussi délictueux comme la finance. En effet, le salon de coiffure au Québec et même partout dans le monde génère un revenu conséquent. Une question importante est soulevée par ce point, celle de l’évasion fiscale. En effet, du point de vue étatique, comment imposer (allusion à l’impôt) des transactions aussi esthétiques que succinctes ? Pour résorber la situation, le gouvernement québécois se trouve actuellement en cours de préparation d’un « module d’enregistrement des ventes » dans les coiffures ainsi que les salons de beauté. Il va de soi que cette action vise à lutter contre l’évasion fiscale. Cela étant, est-ce que de leur côté, les établissements concernés sont préparés à cette éventualité ? En tous les cas, le reste du monde n’est pas encore touché par cette disposition.

Une activité bien régulée

Outre l’apport étatique dans l’activité, une majorité des intervenants s’avèrent régulés. Il s’agit des normes de gestion et de prestation auxquels les coiffeurs ou coiffeuses doivent s’y conforter. C’est en l’occurrence les « normes professionnelles » régissant le salon de coiffure au Québec. Le pays voire la nation se veut à part dans les secteurs auxquels elle est impliquée. D’autres pays comme les voisins américains ne disposent pas de cette régularisation interne. Quoi qu’il en soit, le but est d’encadrer le milieu de la coiffure sur tout le territoire. Ainsi, les membres réunis dans l’association coiffure Québec doivent détenir des compétences particulières (10 compétences à avoir pour exercer le métier). Cette même association prodigue des formations de manière continuelle afin de conforter la compétence de leurs membres.

Les emplois autour de la coiffure

L’engouement pour la beauté et l’esthétique étant à son apogée, il s’avère que l’horizon est sans nuages en ce qui concerne l’emploi autour du salon de coiffure au Québec. Suivant une étude menée par le Service Canada concernant le métier d’esthéticien, les perspectives sont bonnes. Ainsi, le secteur est en pleine croissance, cette situation risque d’ailleurs de perdurer avec l’importance que les gens accordent à leur apparence. Jusqu’à aujourd’hui, la gente féminine domine le secteur et ce, même au niveau du bassin de main-d’œuvre issu l’immigration. Il a même été constaté qu’il y a peu ou presque pas de chômeur dans le domaine de l’esthétique. En appoint, le métier s’avère peu exigeant en matière de compétence puisqu’il nécessite un DEP ou Diplôme d’Études Professionnelles qui peut être renforcé par un ASP ou Attestation de Spécialisation Professionnelle.

Les revers de la médaille

Aussi avantageux soit-il, le métier regorge de méandres et de dédales. Rien qui soit périlleux pour le secteur du salon de coiffure au Québec, mais tout ce qui concerne les intervenants. La situation veut que l’esthéticien travaille souvent au-delà des horaires de travail normaux. Les clients viennent souvent avant d’aller ou travail ou après. Par conséquent, ce dernier rentre souvent tard et part souvent très tôt. Une activité qui a de la conséquence ne serait-ce qu’au point de vue de la vie de famille. En outre, la perspective d’avenir ou plutôt de carrière s’avère restreinte, car elle se limite souvent à l’ouverture de son propre salon de coiffure ou d’esthétique. Enfin, nombre d’esthéticiens abandonnent généralement le métier au dépit d’un autre dû essentiellement à la faiblesse du revenu (peu élevé en général).

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.