L’Activité D’Un Couvreur Du Québec

Débutons cet article par une définition simple que l’on peut apporter au terme du couvreur. Un couvreur, disons-le, est un artisan, un technicien dans le domaine de la construction qui, dans l’exercice de ses fonctions, travaille à la construction des toits de maison ; ou encore, travaille à la réparation ou à la rénovation de ces toits en question. Un terme de cette nature ne peut prendre son sens profond que dans un environnement dans lequel, les toitures sont précisément recouvertes de plaques de tuiles, d’ardoises, ou encore de toutes les autres formes de matériaux qui constituent l’essentiel des toitures dans les pays du continent nord-américain. C’est donc dire que, le terme couvreur ne se rencontre que dans certaines régions du monde, et non dans toutes. Car, à y regarder de près, on découvre que, dans le continent africain par exemple, les maisons ont des toitures qui en général, sont recouvertes de tôles ondulées. Ainsi, la personne en charge des travaux de construction de ces toitures n’est autre que le charpentier. Des fois même, on se rend compte que même un petit technicien sans expérience professionnelle, mais avec quelques connaissances acquises dans la mêlée, peut poser des tôles sur un toit.

Au Québec par contre, le travail d’un couvreur du Québec est beaucoup plus complexe qu’il n’en a l’air. En fait, comme on peut le constater, pour être un bon couvreur et exercer dans ce domaine au Québec, il faut avoir une certification technique qui confirme en premier votre aptitude à couvrir des toitures. Par ailleurs, cette certification que l’on a acquise dans une École polytechnique ne suffit généralement pas souvent pour être reconnu comme couvreur, et pouvoir exercer comme un couvreur du Québec. Car, en tout état de cause, il est admis dans la législation québécoise que, chaque personne qui souhaite exercer comme couvreur au Québec, peut et doit nécessairement suivre quelques cours à la RBQ, ce qui n’est autre que la Régie des bâtiments du Québec. Ce sont en effet, les spécialistes de la régie des bâtiments du Québec qui donne au futur technicien couvreur, l’aval nécessaire pour qu’il puisse exercer en tant que couvreur professionnel. Puisque, dans cette régie, le couvreur acquiert la formation nécessaire sur la connaissance des travaux de bâtiments, les exigences en matière de normes, en matière de qualité et autres.

Toutes ces dispositions liminaires permettent donc aux techniciens de recevoir les outils nécessaires pour leurs métiers. Mais, il faut comprendre que, les interventions d’un couvreur au Québec sont de nature très diversifiée. Car en tout état de cause, ce dernier peut être sollicité pour travailler dans un chantier de construction. Dans ce cas, il va donc, avec l’ingénieur principal, calculer la surface de la toiture, et choisir le meilleur recouvrement qui sied pour ce toit, ainsi que les dispositions à prendre pour éviter que le toit ne se dégrade rapidement.

Par ailleurs, ce couvreur peut aussi travailler en technicien indépendant. Il est alors sollicité par des particuliers, dans le but d’effectuer des travaux de réparation et de rénovation de certains toits dégradés, après le passage d’une tempête, d’un ouragan ; ou encore, après une chute de neige très brutale qui aurait endommagé certaines ardoises sur le toit de la maison. Que retenir alors de cette analyse. Deux choses fondamentales. En premier, il y a le fait que, une personne qui veut exercer en tant que couvreur dans la région du Québec au Canada doit avoir la formation nécessaire pour faire ce travail. Les rouages du métier, les astuces nécessaires, toutes ces petites techniques qu’il faut connaître, ne peuvent lui être donnés que par les spécialistes de la Rbq. Une fois sur le terrain, il peut travailler de façon autonome, ou dans une entreprise de bâtiments.

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.