Communiqués du 14 novembre 2013

Découvrir le Maroc du côté berbère

Les promenades dans le désert ce n’est pas seulement un voyage, c’est une aventure.  Le Maroc, des paysages riches et variés, une cuisine à  en faire palpiter les papilles. S’il fallait définir le Maroc se serait sans doute par la voix de…………. : « S’il avait des bras, ils seraient grands ouverts»

Découvrir un Maroc authentique et différent

Le royaume du Maroc est considéré comme l’un des plus beaux pays au monde. Le Maroc a su au fil des années se moderniser, tout en alliant culture et tradition. Merveilles architecturales, artisanat, souks ou gastronomie riche et créative, le Maroc, entre côtes, montagnes et désert, regorge de contrastes et d’authenticité.

Le Maroc, dépaysement total garanti pour profiter des fêtes de fin d’année et se ressourcer.

L’arrivée de l’hiver est en général synonyme de stress, fatigue et grisaille… Alors qu’un peu plus au sud, c’est un véritable arc-en-ciel de couleurs ! L’immensité d’un désert mi-or, mi-azur fait vite oublier manteaux, écharpes et bonnets. Le tourbillon enivrant des souks, de Marrakech à Zagora, d’Essaouira à Sidi Ifni est un bonheur permanent mêlant à l’infini odeur des épices, goûter les douceurs traditionnelles, écouter les vendeurs héler les passants. C’est la douce folie du souk !

Une envie d’escapade ? Direction Ouarzazate pour ses kasbahs et sa couleur légendaire : un camaïeu d’orangés déployés à l’infini à l’ombre des palmiers. Puis Zagora, dernier oasis, avant le désert ! A la sortie de la vallée du Draa, direction M’hamid El Ghizlane, la dernière ville à la porte de l’étendue de sable

 

Abdelkaled Benalila, ouvre les portes d’un nouveau  tourisme ou Abdelkaled Benalila, (son amour ou dévouement) pour le Maroc

Abdelkaled Benalila, Président de l’Association La Main Blanche, au Maroc, œuvre depuis des années pour un  développement économique équitable et raisonné au profit des populations locales sud marocaines. Ses investissements se font dans des bivouacs ou auberges, à M’Hamid ou dans le désert de Chegaga. Mais aussi au profit de tribus berbères nomades. En effectuant tous ses achats en produits frais auprès des producteurs locaux, en collaborant avec les méharis, en amenant ses clients jusque dans les villages les plus éloignés pour aller à la rencontre d’artisans, tisserands, dinandiers,…et leur permettre de vendre leurs produits au juste prix, sans intermédiaires, il contribue à la pérennité et au maintien de la vie traditionnelle des nomades berbères. Pour sensibiliser à l’importance de ces savoir-faire ancestraux (tissage, élevage nomade, travail du cuir,…) et à la transmission de techniques séculaires (bijoux, poteries, marqueterie,…), il est persuadé que les professionnels du tourisme marocain doivent inciter à un tourisme raisonné, pour contribuer au maintien, dans la dignité, des populations dans le grand Sud marocain. Et éviter ainsi la migration vers les grandes villes du nord, souvent premières marches avant un départ pour l’Europe par manque d’activité. Abdelkaled Benalila est certain qu’en faisant partager l’amour profond qu’il porte au désert, dont il connaît chaque grain de sable pour y avoir passé des mois en totale autonomie, il réussira à faire partager sa vision d’un développement économique porté par les habitants eux-mêmes et éviter le pillage des richesses par les multinationales touristiques

 

 

www.saharaservices.infowww.maroc-secret.com

Contacts presse : M-Luce Bozom – 0615156320

Michel Jouinot – 0680223950

                                                             

Exposition photo : « Norilsk vue par Alexander Gronsky »

A l’occasion de sa cinquième édition, le Festival des cultures russes et russophones RussenKo propose – du 10 au 26 janvier 2014 à l’Espace Culturel André Malraux – la présentation en avant-première du dernier projet du photographe estonien Alexander Gronsky : « Norilsk », du nom de cette ville industrielle située au Nord du cercle polaire arctique, construite en 1935 par des condamnés aux travaux forcés du régime stalinien pour exploiter les minerais non-ferreux de la région.

Dans la lignée de ses travaux documentaires qui prennent comme sujets des paysages à travers le monde, c’est sur cette ville, aujourd’hui classée parmi les plus polluées au monde, que le jeune photographe – moult fois récompensé –, a jeté son dévolu. Une exposition en 20 clichés de laquelle se dégage une atmosphère à la fois paisible et dérangeante Des œuvres antérieures du photographe,  extraites de la série « The Edge »  seront également présentées lors de cette exposition.

Photo toujours, à noter que le Festival RussenKo présentera également « La Russie au-delà des mythologies », une exposition placée sous la houlette d’Olga Sviblova, directrice du musée d’Art multimédia de Moscou (MAMM, ex-Maison de la Photographie de Moscou) et dont le contenu sera dévoilé ultérieurement.

 

Alexander Gronsky, le vide pour sujet

Né en 1980 à Talinn, en Estonie, Alexander Gronsky vit actuellement à Riga en Lettonie. Il se consacre depuis ces dernières années à des reportages photographiques qui prennent comme sujets des paysages à travers le monde. Alexander Gronsky travaille essentiellement autour de la Russie,  « dont les grandes étendues aux conditions hostiles deviennent le théâtre d’une histoire sans drame, celle de vies isolées et silencieuses. Dans l’univers statique d’Alexander Gronsky, chaque objet, chaque sujet, constitue l’un des éléments du paysage alors déshumanisé. Une atmosphère grave, qui dévore toute intimité pour ne laisser place qu’à la solitude et à la méditation, se dégage de ses photos. » (Polka Magazine).

Dans « Less Than One » (2006-2009), le photographe se déplaçait dans les endroits les plus désolés de la Russie où la densité de population est inférieure à une personne par kilomètre carré. Après avoir réalisé un nouveau travail documentaire sur les environs de Moscou (« The Edge » 2008-2010), où Alexander Gronsky explorait les points de rencontre entre l’urbain et le rural, l’industriel et résidentiel), le photographe souhaitait finalement confronter son regard à des contrées inconnues. Il partait alors en Chine et en ramenait « Mountains & Waters » (2011) : un projet où il regardait les villes chinoises en plein essor et comment le paysage avait changé avec le développement urbain. Dans « Pastorale » (2008-2012), le photographe revenait au cœur de la capitale russe pour y explorer les friches urbaines et les terrains abandonnés, des zones là aussi si on ne saurait dire si elles sont urbaines ou rurales et qui necorrespondent à aucune définition concrète. Pour ce travail, Alexander Gronsky remportait le 3ème prix dans la catégorie Vie quotidienne du World Press Photo 2012, soit un des nombreux prix qu’il accumulés au cours de la dernière décennie (Prix Aperture Portfolio 2009, Prix Foam Paul Huf 2010, etc.). Représenté par la galerie moscovite Grinberg Gallery depuis 2007, Alexander Gronsky a publié dans de nombreuses revues dont « Esquire Russie », « Newsweek », « Geo » et le « Monde 2 ». Présentée de manière confidentielle lors de la 10ème biennale de Krasnoïarsk en Sibérie (septembre – novembre 2013), « Norilsk » traversera pour la première fois les frontières de la Sibérie à l’occasion de RussenKo 2014. www.alexandergronsky.com

 

Norilsk vue par Alexander Gronsky

« La psychologie humaine présente la caractéristique suivante : si une personne munie d’une caméra se trouve près de vous trois jours, vous cessez de la remarquer, elle fait partie du paysage. Alors, vous vous découvrez véritablement : vous n’éprouvez plus de gêne face à l’étranger. Norilsk se trouve être l’objet d’étude du nouveau projet de Gronsky.

Alexander Gronsky est toujours aussi constant dans sa méthode de distanciation. En essayant de comprendre telle ou telle situation, il oublie tout ce qu’il sait : il marche, il observe, il attend.

Nous savons peut-être qu’à Norilsk, c’est toujours l’hiver. Mais dans ce Norilsk-là, c’est l’été. Seule la publicité pour un café, « Ararat », banderole décolorée arborant des monts glacés, rappelle la neige et le froid.

Et une fois tous ces clichés envolés, une fois l’ironie passée, l’on commence à entendre la véritable voix de ce lieu. Du travail d’Alexander Gronsky se dégage un pathos plutôt sérieux, que l’on ne lui connaissait pas auparavant.

Des tons pastel sombres, verts, lilas ou roses sur fond gris. C’est un endroit où il n’y a personne. Des titans sont passés par là, leurs pas ont labouré la terre et le ciel. Depuis, les gens se sont habitués à Norilsk comme à une « zone » remplie de monstres toxiques. Comme ces fourmis qui ont construit leur fourmilière sur un tas d’ordures : leur individualisme ne se remarque pas, elles sont trop insignifiantes dans ce décor.

Et, finalement, ce lieu gagne les habitants temporaires. La ville est vide, à nu, trop imposante et inhumaine pour être habitée.

Le récent film de Ridley Scott, « Prométhée », cache sous le genre fantastique un drame existentialiste. Les hommes – une erreur ? Des enfants malaimés ? Toutes ces questions restent sans réponse, le ciel infini n’en a que faire.

Par analogie, le Norilsk d’Alexander Gronsky n’est pas seulement un éventail de paysages urbains, c’est une étude ontologique. Evidemment, les conclusions sont peu réconfortantes. Mais elles ébranlent l’imagination et les esprits. »

Grinberg Gallery, représentante d’Alexander Gronsky

 

Informations pratiques :

« Norilsk vue par Alexander Gronsky »

Première internationale du nouveau projet documentaire du photographe estonien » – Dans le cadre du Festival RussenKo 2014

En partenariat avec la Grinberg Gallery : http://www.grinbergphotos.com/

 

Du 10 au 26 janvier 2014

10h-19h  les 24, 25 et 26 janvier 2014

Autres jours : du mardi au samedi : 14h-19h

Espace Culturel André Malraux

2 place Victor Hugo; 94270 Le Kremlin-Bicêtre

Entrée libre

 

Vernissage

En présence de l’artiste

Jeudi 9 janvier 2014 – 19h

 

Visite guidée

Samedi 25 janvier 2014 – 18h30

 

Sur le Festival RussenKo : le Festival RussenKo invite à explorer sans exhaustivité la richesse des cultures russe et russophones : théâtre, cinéma, art, littérature, musique, etc. Une programmation éclectique, étonnante et exigeante dans un déroulé protéiforme (spectacles, conférences, happenings, ateliers, projections, etc.) pour un moment incontournable parmi les manifestations offrant à voir la Russie d’aujourd’hui dans ce qu’elle a de plus créatif. Un festival organisé par la Ville du Kremlin-Bicêtre dans le cadre de la coopération avec le district de Dmitrov et en partenariat avec la région de Novossibirsk, la région d’Irkoutsk, les Alliances Françaises de Novossibirsk et Irkoutsk. Les 24, 25 et 26 janvier 2014  – Dans plusieurs lieux de la Ville du Kremlin-Bicêtre, Val-de-Marne (IDF)  – Pass à partir de 5 €. www.russenko.fr

Sur Alexander Gronsky :

 

Expositions solo

 

2012 Pastoral. Light Work Gallery, USA

2011 Pastoral. Photographer.ru Gallery, Moscow

2011 Mountains & Waters. L’Escale Gallery, France

2011 The Edge and Background. The 4th FotoArtFestival in Bielsko-Biała, Poland

2011 The Edge. Fotografica Bogota-2011, Colombia

2011 The Edge. Aperture Gallery, NYC, USA

2010 Foam Paul Huf Award 2010. Foam_Fotografiemuseum, Amsterdam

2009 Edge. Photographer.ru Gallery, Moscow

2008 Background. Photographer.ru Gallery, Moscow

 

 

Expositions collectives

 

2012 Art Moscow, 16th International Art Fair, Moscow

2012 Shanghai! La Tentation de l’occident.Institut Culturel Bernard Magrez au Château Labottière, Bordeaux, France

2012 Sense of Place. European Landscape Photography. Centre for Fine Arts, Brussels, Belgium

2012 INNOVATION-2012 short-list nominees’ exhibition in NCCA, Moscow, Russia

2012 Contemporary Russian Photography. FotoFest Biennial, Houston, USA

2012 SI FEST in Italy and Croatia

2011 Backlight Photo Festival in Tampere, Finland

2011 SI FEST in Savignano sul Rubicone, Italy

2011 Crossroads: Contemporary Russian Photography. Australian Centre for Photography, Sidney

2010 Kandinsky Prize short-list nominees’ exhibition in Moscow, Russia

2010 International Photography Festival in Pingayo, China

2010 International Festival of Photography FotoLeggendo in Rome, Italy

2010 V International Festival of Photography Fotosintesi-2010, Piacenza, Italy

2010 14th Art-Moscow art fair (Gallery.Photographer.ru stand)

2009 Kandinsky Prize short-list nominees’ exhibition in Moscow, Russia

2009 InsideOutside. FotoWeekDC Festival, Washington DC

2009 Minus Ideology, Art+Art Gallery, Moscow

2009 13th Art-Moscow art fair (Gallery.Photographer.ru stand)

2008 12th Art-Moscow art fair (Gallery.Photographer.ru stand)

2008 RussianPerspective. New Russian Photography. Vol.1 – Gallery Senko, Viborg, Denmark

 

Récompenses

 

2012 VII Russian National competition for contemporary art INNOVATION: two special prizes in the New Generationnomination

2012 World Press Photo: 3rd place in the category of Everyday Life (Pastoral cycle)

2011 Prix Photographique Ville de Levallois-Epson

2010 Foam Paul Huf Award winner

2009 Aperture Portfolio Prize winner

2009 Critical Mass Top 50

2009 Silver Camera grand prix winner (Events and Every Day Life Nominations)

2009 Elected by Foam international photography magazine for the special edition ‘Talent’

2009 Linhof Young Photographer Award 1st place

2008 Kandinsky Prize finalist, Moscow

2004 Finalist for the Ian Parry Award, UK

2003 Participant of the Joop Swart Masterclass, Netherlands

2000-2003 Press Photo Russia contest, five 1st place awards total

 

Works in collections

 

Art Invest Fund, Moscow

Foam_Fotografiemuseum, Amsterdam

Statoil, Stavanger

The Israel Museum, Jerusalem

Grinberg Gallery Collection

Private collections in Russia and abroad