Communiqués ‘communications unifiées’

Wildix étend ses activités et ouvre un nouveau bureau en Allemagne

Milan, 12 juin 2014 – Afin de consolider et de développer son activité sur le marché européen, Wildix, société multinationale opérant dans le domaine des télécommunications et spécialisée en produits de Voix sur IP (VoIP) et en solutions de Communication Unifiée, a annoncé l’ouverture d’un nouveau bureau en Allemagne, plus précisément à Garching, dans les environs de Munich.

Après l’ouverture en 2011 d’une filiale commerciale à Carcassonne, l’entreprise est aujourd’hui sortie de la phase start-up en France, enregistrant une remarquable augmentation du chiffre d’affaires de 107% en 2013. Une grande partie de cette réussite peut être attribuée à Wildix KITE, la première solution de communication unifiée WebRTC entièrement intégrée dans le système téléphonique de l’entreprise, désignée meilleure solution de communication unifiée du salon Réseaux & Télécoms se déroulant à Paris en novembre dernier.

La volonté de s’implanter en Allemagne est d’une part née de la volonté de Wildix d’accroître son nombre de clients et de partenaires, qui pourront bénéficier d’une offre complète de matériel et de logiciels de pointe, et d’autre part de l’intention, ambitieuse mais réaliste, de lancer et promouvoir sur le marché européen de nouveaux outils permettant l’intégration des communications unifiées dans le monde informatique de manière simple, efficace et à un coût très compétitif. Dans ce but, Wildix a non seulement déjà commencé à dispenser à ses partenaires des cours de formation technique – à Munich comme à Berlin – mais a également participé à l’un des plus grands salons de son secteur, le CeBIT d’Hanovre.

« Avec un siège en Italie, des bureaux en France et l’ouverture d’un centre de Recherche et Développement en Ukraine (comptant une quarantaine d’ingénieurs) en 2003, Wildix a aujourd’hui choisi de s’implanter en  Bavière en raison de son emplacement stratégique sur l’une des plus grandes plaques tournantes en termes d’investissement et d’expansion du secteur TIC, comme en témoigne une étude récente menée par la Commission européenne », explique Stefano Osler,  PDG de Wildix. “Qui plus est les lois et réglementations en vigueur en Bavière sont parmi les plus favorables aux investisseurs étrangers. Nous sommes donc convaincus d’avoir choisi l’endroit optimal pour cette nouvelle étape sur la voie du leadership de Wildix”, conclut-il.

 “Wildix est une entreprise particulièrement active dans la recherche de nouvelles opportunités commerciales et de partenariats à valeur ajoutée, tout en investissant constamment dans la recherche et l’innovation », déclare Wolfgang Hübschle, Directeur exécutif d’Invest in Bavaria, et de continuer : « Nous sommes donc ravis d’accueillir cette entreprise et lui souhaitons un avenir couronné de succès ici aussi ! ».

Et vous, vous aimeriez que quelqu’un regarde par-dessus votre épaule ?

 La surveillance des activités et des comportements des employés – afin de s’assurer qu’ils travaillent réellement – a pris une ampleur inégalée au cours des dernières années. Or une nouvelle étude révèle que tous ces efforts, contre-productifs, contribuent à diminuer la productivité dans l’entreprise.

(PARIS, FRANCE, le 11 juin 2014) – Dernièrement, je me suis attardé sur un site Web comparant des logiciels de surveillance d’activité en ligne. Le site permettait notamment de calculer les économies qu’une entreprise pouvait espérer réaliser en surveillant les activités en ligne de ses employés – à savoir environ 2000 dollars par an et par employé…

Si certaines fonctionnalités me semblent utiles (comme le blocage des sites infestés par un virus), d’autres m’ont laissé franchement dubitatif. Comme, par exemple, le fait que ces logiciels, généralement capables de contrôler le trafic Internet entrant et sortant, permettent de surveiller les télétravailleurs, localiser la position géographique des collaborateurs nomades et identifier ce que les employés utilisent comme logiciels – et pendant combien de temps ils les utilisent. En résumé, vous pouvez littéralement espionner le comportement de vos employés.

La surveillance des employés semble être devenu aujourd’hui un aspect essentiel de la gestion des ressources humaines. Une étude récente indique d’ailleurs que 50% des dirigeants sont opposés au travail à domicile et que 35% d’entre eux tolèrent seulement de type d’activité. Les raisons sont multiples : 49% des dirigeants considèrent que le télétravail « supprime les face-à-face », 22% d’entre eux qu’il « donne trop de liberté » aux travailleurs distants et 22% qu’il les incite à « relâcher la pression ».

Le concept d’open-space s’inscrit d’ailleurs parfaitement dans cette optique de contrôle. De fait, il est plus facile de superviser l’activité d’équipes installées dans un même espace. Cette configuration contribuerait à rendre les employés plus productifs, et les inciterait à mieux respecter les procédures en place. La confiance, c’est bien, le contrôle, c’est mieux : voilà ce que l’on peut encore lire dans de nombreux documents d’étude.

Et pourtant… ça ne marche pas !
Pour ma part, l’idée de contrôler les employés pour s’assurer de leur sérieux me dérange profondément. Je ne supporterais pas que mes supérieurs surveillent chacun de mes faits et gestes. Or je suis heureux de découvrir que de nouvelles études vont dans le sens de ma pensée.

Ainsi, si le fait de contrôler les employés les incite effectivement à travailler plus, ils n’en travaillent pas pour autant mieux. En réalité, ils « surcompensent » en consacrant un temps excessif aux apparences afin de donner une image positive de leur travail. Ils multiplient les envois d’e-mails, en particulier à leurs supérieurs, afin de bien montrer leur ardeur à la tâche. Ils se connectent au réseau de leur entreprise même lorsqu’ils ne l’utilisent pas – simplement pour laisser une trace de leur présence. Au final, ils perdent du temps à effectuer des tâches qui leur permettent de justifier leur activité mais qui, en réalité, n’apportent aucune valeur ajoutée à l’entreprise.

Cette idée de « surcompensation » imprègne notre manière de travailler. Même le grand magazine américain TIME, dans une série d’articles consacrés aux stratégies de carrière, offre le conseil suivant aux travailleurs à distance : « Faites de la rédaction des e-mails à vos supérieurs une priorité absolue. Répondez-leur le plus rapidement possible afin de leur montrer que vous ne vous reposez pas, ne jouez pas à des jeux vidéos – mais que vous travaillez ».

 

Le paradoxe de la transparence
Ce phénomène, connu sous le nom de « paradoxe de la transparence », s’amplifie à mesure que les actions visant à contrôler l’activité des employés s’accentuent, comme le révèle Ethan Bernstein, professeur à l’Université d’Harvard. Bernstein a étudié le paradoxe de la transparence pendant des années en menant des expériences de terrain dans une usine de téléphones mobiles en Chine. Sa conclusion : plus les employés sont contrôlés, plus ils tentent de dissimuler ce qu’ils font réellement à travers des comportements (qu’il appelle notamment « codes secrets ») coûteux pour l’entreprise. L’aménagement d’espaces privés au sein de l’entreprise contribue en revanche à accroître les performances des employés. Seul pendant un moment, l’être humain commence à penser, à réfléchir. Et c’est ainsi que peuvent éclore certaines idées qui permettront d’améliorer la productivité, l’innovation ou même la convivialité au sein de l’entreprise. Rien de tel dans les environnements où un contrôle excessif s’exerce sur les employés. Le respect d’une certaine intimité contribue à créer de la valeur.

D’autres études parviennent à la même conclusion. Travailler de chez soi : le concept peut rebuter les responsables. Et pourtant, l’expérience montre que, dans leur majorité, les employés sont plus efficaces lorsqu’ils ne sont pas continuellement dérangés par leurs collègues au travail. À condition, bien sûr, de ne pas avoir à surcompenser en bombardant ces mêmes collègues d’e-mails afin de « prouver » leur sérieux et leur fiabilité.

Fait intéressant à souligner, des recherches effectuées dans les années 1950, déjà, mettaient en avant le fait que la surveillance des employés n’avait pas forcément un impact positif sur la création de valeur. Ce qui n’a pas empêché les décisionnaires des entreprises de concentrer leurs efforts sur l’élaboration et la mise en place de telles mesures de surveillance au travail.

Voyons les choses en face et concentrons-nous sur la motivation plutôt que sur le contrôle des employés. Débarrassons-nous des logiciels de surveillance et investissons dans les réunions en face-à-face afin de se donner les moyens de créer une vision forte de son entreprise auprès de ses employés. Enfin, lâchons la bride à ces mêmes employés afin de leur donner la possibilité de travailler – et de réfléchir – efficacement et en toute autonomie !

Jabra intègre la technologie Bluetooth à la gamme Jabra PRO™ 900 Series. Rester connecté tout en étant mobile n’a jamais été aussi simple.

(PARIS, FRANCE, le 11 mars 2014)  Jabra a le plaisir d’annoncer l’intégration de la technologie Bluetooth à sa gamme de micro-casques sans fil Jabra PRO 900 Series. Dans un environnement professionnel où la mobilité et le travail collaboratif jouent un rôle de plus en plus important, les appels manqués peuvent avoir un impact considérable sur la productivité de l’entreprise. Une enquête réalisée par Jabra et l’institut de recherche international YouGov auprès de 11.906 travailleurs sédentaires et mobiles à travers le monde a démontré que 75% des personnes interrogées prendraient plus d’appels avec un micro-casque sans fil.

« L’optimisation des solutions Jabra PRO 930 et 935 pour Lync est une grande nouvelle. Désormais, nos clients pourront choisir un appareil sans fil avec lequel ils pourront travailler aussi bien de leur bureau que de l’extérieur » explique Giovanni Megzec, Directeur général Marketing des produits Lync chez Microsoft.

Au bureau, les utilisateurs disposent à présent de toute la mobilité nécessaire pour prendre leurs appels Microsoft® Lync®. Avec les micro-casques Jabra PRO 900 Series, Jabra soutient la stratégie Microsoft Lync consistant à offrir une expérience utilisateur hors pair avec Lync sur PC, tablette Surface™ ou Windows Phone®. Les utilisateurs peuvent ainsi gérer tous leurs appels depuis leur micro-casque Jabra PRO 935 – qu’ils soient en déplacement, à distance de leur bureau ou déjà en ligne.

« Nous constatons que l’utilisation d’un micro-casque sans fil offre un réel avantage en termes d’efficacité et de mobilité », commente Holger Reisinger, vice-président Marketing, Produits et Alliances de Jabra, et d’ajouter : « de plus en plus souvent, les travailleurs combinent plusieurs tâches en même temps. Ils gèrent leurs appels tout en travaillant sur ordinateur ou en se déplaçant dans leur bureau, par exemple. Or, avec un micro-casque sans fil, ils disposent d’une mobilité renforcée qui leur permet d’être centrés sur leurs tâches, et non sur leur téléphone. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : 75% des utilisateurs de micro-casques sans fil déclarent prendre plus d’appels ! »

La gamme Jabra PRO 900 Series s’est enrichie de deux modèles : le micro-casque Bluetooth Jabra PRO 925 pour téléphones fixes et le micro-casque Bluetooth Jabra PRO 935 pour softphones UC. En plus d’être totalement compatible avec Microsoft Lync, le Jabra PRO 935 offre une intégration transparente et un contrôle des appels avec les principaux systèmes de communications unifiées/softphones PC tels que IBM, Cisco et Avaya.

 

Pour plus d’informations sur Jabra: http://www.jabra.fr/ 

Sur Facebook: https://www.facebook.com/JabraFR

Sur Twitter:   https://twitter.com/JabraFrance

 

Maud Brissaud nommée nouvelle Distribution Manager South Europe chez Jabr

PARIS, FRANCE, LE 29 NOVEMBRE 2013 – Jabra, l’un des principaux fournisseurs mondiaux d’équipements audio pour solutions de communication mains libres innovantes, a annoncé aujourd’hui la nomination de Maud Brissaud au poste de Distribution Manager pour l’Europe du Sud.  Cette nomination s’intègre dans la stratégie de distribution indirecte de Jabra.

 

 

Maud Brissaud, qui reportera directement à Jean-Baptiste Pain, Directeur Général Jabra South Europe, travaillera en étroite collaboration avec l’équipe channel France de distribution et Andrew Doyle, Directeur Senior de Jabra Channel Sales EMEA. Elle coordonnera les activités liées à la distribution des produits et solutions Jabra afin de renforcer la présence du groupe dans certains secteurs stratégiques, comme celui des communications unifiées.

 

Avant de rejoindre Jabra, Maud a travaillé pendant 11 ans chez Polycom. Elle y a exercé diverses fonctions au sein de l’équipe de distribution, et notamment développé l’expertise du groupe en matière de distribution et de commercialisation. Maud a obtenu un diplôme de langues étrangères à l’Université de Nantes.

 

Maud a contribué activement à la croissance et au développement de Polycom France en développant le réseau de partenaires et de clients du groupe à travers la mise en place d’un éventail de programmes de distribution (programme de certification, supervision des points de vente et mise en place d’un programme EDI, business plan et gestion de prévision des ventes, gestion de la relation avec les principaux distributeurs, etc.).

 

« C’est un grand honneur d’accueillir une personne aussi compétente et motivée que Maud Brissaud dans notre équipe », a commenté Jean-Baptiste Pain, Managing Director Jabra South Europe. « Nous sommes convaincus que Maud contribuera grandement à développer notre réseau de distribution dans les pays du Sud de l’Europe. »

 

Info : www.jabra.fr

Karel a renouvelé son site internet

Karel a renouvelé son site internet pour mieux présenter ses nouveaux produits et ses solutions ainsi que pour améliorer son service internet pour la clientèle. Le nouveau site de Karel contient un blog explicatif sur la technologie et les TIC, fréquemment mis à jour.

Le menu des Produits et Solutions contient des informations plus détaillées incluant tous les avantages et bénéfices des produits ainsi que les applications intégrées et les solutions de communication. La solution de Communication en Nuage dont Karelport fait partie sert à toutes les entreprises qui veulent s’engager dans le réseau informatique en Nuage de Karel.

Karel, créée en 1986, est l’un des leaders du secteur de télécommunication en Europe avec plus de 30 distributeurs. Aujourd’hui, la société a une large gamme de produits, y compris des communications unifiées (CU), des systèmes PBX / PBX IP, des téléphones IP, des centres d’appel et des produits de sécurité.