Communiqués ‘rap’

La culture hip-hop en France

3 000 000[1]. C’est le nombre d’artistes hip-hop inscrits sur Myspace. Ce chiffre en fait le genre musical le plus représenté sur ce réseau social.

Cependant qu’on évoque le hip-hop, il est important de bien définir le terme. Plus qu’un simple style de musique, celui-ci est avant tout un courant artistique. Il regroupe différentes disciplines comme la danse (break dance) ou encore le graff. Ces différentes dimensions ont des influences réciproques qui vont conduire à des codes, des manières de penser ou de se vêtir propre au hip-hop. L’importance des courants parallèles nous permet ainsi de mieux comprendre l’ampleur du mouvement hip-hop.

La France est le deuxième marché mondial du hip-hop[2]. Les artistes sont présents dans toutes les villes du pays et se caractérisent par leur orientation musicale. On parle de « rappeurs », « chanteurs » (pour les artistes rnb) ou encore de « slammeurs ». Ces artistes ont connu l’âge d’or durant les années 90. Des rappeurs comme NTM, MC Solaar ou encore I AM sont les premiers à être passés en studio d’enregistrement et ont incité les maisons de disques à signer des contrats. Le rap (genre majeur à l’époque), est donc devenu un business dont beaucoup de filons vont être exploités. De ces mêmes maisons de disques aux « entrepreneurs du ghetto »[3], la musique va générer des opportunités parallèles. De promotion d’album à la communication visuelle, de nouveaux acteurs vont voir le jour.


[1] BEUSCART Jean-Samuel, « Les usages de MySpace par les musiciens autoproduits », Online Economy, ADIS, décembre 2007, 22 p.

[2] http://www.lesinrocks.com/musique/musique-article/article/le-rap-en-france-le-combat-continue/

[3] La « street entrepreneurship » ou « entrepreneur du ghetto » est considéré comme une branche satellite du hip-hop. Cette expression définie les créations d’entreprises par les jeunes issus des quartiers et qui gravitent autour du milieu hip-hop. La figure phare de l’entrepreneur du ghetto est Mohammed Dia qui a crée sa marque de vêtements M.Dia en se servant à ses débuts de l’image de marques des rappeurs français.

Sortie du nouvel album de Bilel le 20 juin 2011

Communiqué de presse:

Sortie du nouvel album de BILEL «Forceps» dans les bacs le 20 juin 2011 BILEL, né le 6 janvier 1987, est un rappeur prometteur du 20ème arrondissement de Paris et plus précisément du quartier de Belleville. Bilel à commencé à s’intéresser au Rap grâce à un atelier HIP-HOP mis en place au collège. A16 ans, il franchit le pas et réalise son premier opus intitulé «Coup de Crosse». Bilel continue d’écrire comme un exutoire et ses lyrics retranscrivent la rue : SA RUE. Bilel apparait également sur de nombreuses compilations et notamment celle d’ A la fuck you: «Triste époque» ou il chante deux morceaux: «Laissez passer l’artiste» et «Sur le terrain» (en featuring avec D.I, Mister You, Still Fresh) Repéré par le célèbre label de HIP-HOP indépendant «NEOCHROME (label de Seth Gueko, Alkpote…) il sort son deuxième opus, en avril 2010, intitulé «Qui Vivra Verra», composé de 20 chansons dans lequel on retrouve de nombreux featurings dont Mister You, Seven, Tairo, Seth Gueko… Ce premier gros projet lui permet de dévoiler une musique de rue dans laquelle il s’exerce à l’Ego Trip, mais aussi des thèmes censés et engagés comme le conflit Israelo-Palestinien, les jeunes qui tournent mal et son parcours musical. Il pratique par son art un rap différent des autres artistes de son label. Plutôt basé sur le Rap Sale, Bilel n’hésite pas à rapper sur des productions très diverses. Après un an de travail B.I.L.E.L revient le 20 Juin 2011 avec un nouvel album intitulé «FORCEPS».

Cet opus est rempli de punchlines et également de lourds featurings : Jmi Sissoko, Le rat Luciano, LIM et El Matador ainsi que de nombreuses autres surprises… Mais… Chuuttt…Rendez vous le 20 Juin 2011 Juin 2011

Contact presse / interview / showcase /concert promoartistikbuzz@yahoo.fr